Non classé

« Sirius » Stéphane Servant

Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive ! 

résumé au dos du roman

J’aime lire, et fort heureusement puisque mon métier consiste en particulier à faire aimer la lecture aux adolescents, jeunes et moins jeunes. Mais avec mes études de Lettres Modernes j’ai vite été acculturée à une vision très dogmatique de la Littérature. Dans cette approche, la Littérature de jeunesse n’avait pas tellement bonne presse et je me suis entichée, en tant que bonne étudiante en LM, pendant des années à lire des classiques, qui m’ont beaucoup apporté. Depuis quelques années cependant, j’ai tendance à délaisser les vieux auteurs (pas tous poussiéreux, mais pour la plupart tous morts) pour en chercher de nouveaux qui puissent me donner des claques, des vraies.

Stéphane Servant en fait partie. Et Sirius a fait l’effet d’une bombe en moi, tellement que j’en ai fait des petites explosions dans les cerveaux de mes élèves de 4e, complètement captivés, eux aussi, par l’histoire de ces deux jeunes perdus au milieu d’une forêt à la fois protectrice et assez inhospitalière. Je leur ai lu les cinq premiers chapitres, histoire d’attiser leur curiosité et de faire naître en eux l’envie brûlante de connaître la suite.

Pour ne pas gâcher le plaisir du lecteur je ne vais pas raconter l’histoire, mais plutôt dire l’effet qu’elle a eu sur moi. J’aime le « nature writing », j’aime les romans qui n’exposent pas la vie insipide de personnages dont la vie est facile. J’ai besoin que les personnages gagnent leur titre de héros, même s’ils n’en sont pas et qu’ils ont des faiblesses. Le monde dans lequel vivent Kid et Avril est entre la vie et la mort, plus rien ne poussent et seules les « zétoiles » et la Montagne sont des amies dont il faut suivre la voie. Il m’était impossible de lâcher les pages de ce roman tant il remet en question notre mode de vie, notre rapport au vivant, à la nature et tant il interroge sur ce que nous considérons comme essentiel dans notre vie d’occidentaux, assez privilégiés en France. Je n’ai pas choisi de m’identifier au personnage d’Avril, trop jeune sans doute, et parce que ses faiblesses ne rejoignent pas les miennes. Je les ai cependant comprises et les choix qu’elle a pu faire par le passé s’expliquent aisément quand elle raconte pourquoi elle en est arrivé là.

Ce qui m’a frappée c’est que l’auteur parvient avec une grande poésie à conjuguer le désespoir d’un monde en déliquescence avec l’innocence d’un enfant qui ne connaît rien du bien et du mal et qui vit dans une forme d’unicité avec tout ce qui l’entoure : végétation, étoiles, animaux. J’ai nommé KId, ce petit enfant, très ingénu et candide qui sait au fond de lui, par instinct ce qu’il faut faire, ou ne pas faire.

Tour à tour fable, épopée, roman post-ap, l’oeuvre de Stéphane Servant invite aussi à réfléchir sur les extrémismes, débat Ô combien nécessaire dans une société comme la nôtre qui est vérolée par les communautarismes en tous genres. Ici, le roman parle à l’Humanité toute entière, avec ses joies, sa capacité à se débrouiller, ses travers, ses égoïsmes et ses repentirs.

Je ne vous dirai pas qui est Sirius, à vous de le découvrir.

A lire de toute urgence!

Le roman est paru chez Le Rouergue en août 2017.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s