féminisme·littérature·Non classé·réflexion

Dix jours dans un asile, Nellie Bly

Je reviens vers vous aujourd’hui pour vous proposer un compte-rendu sur un livre que j’ai lu récemment et qui traite d’un  sujet qui me tient particulièrement à cœur .

Dans l’histoire de la psychiatrie, le traitement de la folie des patients m’interroge. Je sais que la médecine actuelle a fait beaucoup de progrès mais il est difficile d’oublier les mauvais traitements infligés aux malades : mépris, expérimentation, lobotomie, électrochocs, bains glacials et j’en passe.

1461575425163

Le court texte dont je veux vous parler est Dix jours dans un asile qui fut d’abord publié sous forme de feuilleton puis qui fut ensuite édité en texte intégral. Traduit en français il relate les aventures, ou plutôt les mésaventures, de Nellie Bly. Cette dernière fut l’une des premières femmes à avoir pratiqué le journalisme d’immersion, rendant ainsi son travail beaucoup plus réaliste et cru dans la relation des évènements.

Travaillant au journal The World  et chapeautée par le grand Joseph Pulitzer elle se lance dans une mission de haute importance le 22 septembre 1887 : prouver les mauvais traitements subis par les femmes dans les hôpitaux psychiatriques. De cette expérience est né un texte édifiant écrit sous forme de journal de bord intitulé Dix jours dans un asile, ouvrage utile à toute personne s’intéressant au sort de ceux que l’on appelle « dément » ou « fou » dans notre société.

Ainsi l’autrice s’est fait interner volontairement dans l’asile new-yorkais Blackwell’s Island Hospital.  Prenant à cœur sa mission, elle décide après son internement de conserver sa personnalité  et sa lucidité en ne jouant pas « la folie ».

Laissez-moi vous dire une chose : dès dans entrée dans l’asile de l’île, je me suis départie de mon rôle de démente. Je parlais et me comportais d’ordinaire.

Le seul moment où Nellie Bly a dû mettre en scène ses talents de comédienne fut avant son « incarcération », durant toute la phase où elle devait convaincre juge, policiers et population du bien-fondé de la nécessité de l’éloigner du monde civilisé .

Durant son séjour Nellie fait preuve de courage pour garder sa raison et son calme, elle nous confie ses angoisses et ses doutes car c’est seulement à l’intérieur de l’asile qu’elle prend véritablement conscience de la gravité de l’expérience qu’elle est en train de mener et sans doute aussi de l’importance de son témoignage . Elle nous prend à parti en nous invitant à faire preuve d’empathie en tant que lecteur :

Imaginez un peu, vivre derrière les barreaux et les verrous impitoyables d’un asile, au milieu de démentes bruyantes et incontrôlables! Dormir, manger à leurs côtés, être considérée comme une des leurs : ma position était difficilement tenable.

 

http _i.huffpost.com_gen_2799360_images_n-HYSTERIE-628x314
Patientes hystériques sous Hypnose réalisée par Désiré Magloire Bourneville

Je ne vous raconterai pas le contenu de son témoignage, qui doit se lire et se vivre de l’intérieur comme une expérience personnelle.

Je vous invite donc à lire son livre, afin de découvrir les différentes expériences et conclusions qu’elle a pu tirer de son internement factice. Vous y trouverez de nombreux détails aussi effrayants qu’édifiants sur l’Histoire du traitement et de la compréhension de la Psychologie humaine.

 

NB : L’ouvrage est édité en français aux Éditions du sous-sol dans la collection FEUILLETON-non-fiction dont voici le descriptif, disponible sur le site de l’éditeur.

 

Feuilleton Non-Fiction”, des enquêtes à lire comme des romans

La collection “Feuilleton Non-Fiction”, pionnière d’un genre littéraire singulier à la frontière de l’essai et du roman, la creative nonfiction, propose des enquêtes usant des techniques romanesques entre fiction et réalité. Dans la droite ligne de la revue Feuilleton, la collection “Feuilleton Non-Fiction” offre un écrin au “journalisme narratif”, et une maison à ses auteurs, Gay Talese, David Samuels, Michael Lewis, Susan Orlean, Nellie Bly, William Langewiesche, Evan Ratliff, Jon Mooallem, Joseph Mitchell, Ted Conover, etc. Les pionniers et nouvelles voix de la littérature de non-fiction racontent ensemble le roman de la réalité, effrayant, passionnant, nécessaire.

 

Pour aller plus loin :

Quelques films :

  • Vol au-dessus d’un nid de Coucou ,Milos Forman, 1976
  • Un ange à ma table , Jane Campion, 1990
  • A dangerous method, David Cronenberg, 2011

 

Approche historique

Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique. Éditions Gallimard, 1972.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s